Dossier communicant de Cancérologie (DCC)

La qualité des soins en cancérologie passe par une communication ou un accès direct aux informations concernant les patients à tout moment, par les professionnels qui les prennent en charge. C’est pour cela que la DGOS et l’INCa ont incité toutes les régions à se doter d’un Dossier Communicant en Cancérologie (DCC).

En effet, le parcours et la prise en charge complexes d’un patient atteint d’un cancer, fait que ce dernier soit amené à être pris en charge par plusieurs établissements de santé autorisés pour un ou plusieurs types de traitements anti-cancer. Ainsi, chaque établissement étant doté de son système d’information dont l’accès est limité aux professionnels de l’établissement, le DCC permet le partage des informations entre plusieurs établissements ou autres structures prenant en charge le patient (cabinets de ville, centre de radiothérapie, etc.).

Le dossier communicant de cancérologie (DCC) breton a été créé en 2007 avec l’outil Open RCP. Il s’est étoffé au cours du temps, avec des fonctionnalités plus développées devenant ainsi Alfa Lima. Il est hébergé sur une plate-forme régionale « réseau télé-santé bretagne » dont la Maîtrise d’ouvrage est le GCS e-Santé Bretagne.

La maîtrise d’œuvre d’Alfa Lima est l’ex Syndicat Inter-hospitalier de Bretagne (SIB), qui assure aussi l’hébergement des données de la plateforme régionale, dont celles contenues dans le DCC. Le SIB est devenu aujourd’hui un groupement d’intérêt publique (GIP) et bon nombre d’établissements publics ou ESPIC bretons y sont adhérents.

Le DCC breton – Alfa Lima

L’outil Alfa Lima a permis de fédérer l’ensemble des professionnels et acteurs de la cancérologie en Bretagne, y compris les professionnels de l’ambulatoire.  Il intègre une messagerie sécurisée et permet aujourd’hui, d’exporter les fiches RCP vers le dossier patient informatisé des établissements de santé.

Cet outil a dynamisé les Réunions de Concertations Pluridisciplinaire (RCP) et permis aux Centres de Coordination en Cancérologie (3C) d’avoir des indicateurs de suivi. Il pourrait aussi être une source de données intéressante pour la réalisation des études d’évaluation des pratiques en cancérologie en Bretagne.

Toutefois, Alfa Lima dont l’ancienneté atteint bientôt 10 ans pourrait être perfectible. En l’occurrence, il ne permet pas aujourd’hui (2016) d’atteindre toutes les composantes de la cible DCC 2015-2017 tel que définie par l’INCa.  De plus, l’ergonomie n’est pas satisfaisante et d’autres fonctionnalités sont attendues par les utilisateurs que ce soient les praticiens ou les 3C.

C’est dans ce contexte qu’un projet de renouvellement de l’outil DCC breton a été validé par l’ARS et un marché a été lancé pour l’acquisition d’un nouvel outil, dont l’échéance prévisionnelle est fixée au premier trimestre 2017.