Actualités

INCa : les dernières publications

Retrouver les dernières publications de l’Institut National du Cancer sur leur site internet :

 

  • Conduites à tenir initiales devant des patientes atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire : Thésaurus et Synthèse (Décembre 2018)

 

 

  • Dépistage et prévention du cancer du col de l’utérus (Octobre-Novembre 2018) :

Rôle du médecin et de la sage-femme

– Communication : dépliant et affiche

– Vacciner les jeunes filles dès 11 ans contre les papillomavirus humains (HPV), pour les protéger du cancer du col de l’utérus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Lu pour vous – Cancer et mode de vie/environnement

Les cancers attribuables au mode de vie et à l’environnement en France, en 2015

 

Santé Publique France a publié en juin 2018 le n°21 du Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH). Ce numéro présente une étude dont l’objectif est d’estimer la part des cancers attribuables à certains facteurs de risques environnementaux et comportementaux en France métropolitaine, en 2015 chez les adultes de 30 ans et plus.
La méthodologie de cette étude est décrite de façon très précise dans le premier article du BEH tandis que le second article expose les résultats.

Méthodologie

Groupes de travail

Afin de mener à bien ce projet, des groupes de travail ont été mis en place. Un groupe de travail par facteur de risque (2 à 8 experts/ groupe de travail), un comité consultatif international constitué d’experts internationaux dans le domaine des estimations de fractions de cancers attribuables aux facteurs de risques comportementaux ou environnementaux. Un comité de pilotage a également été mis en place regroupant des personnes de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, Santé Publique France, L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail et l’Institut Gustave Roussy. Au total, plus de 80 collaborateurs ont participé à ce projet.

Données

Treize facteurs de risques ont été pris en compte dans cette étude : tabagisme ; alcool ; alimentation ; surpoids/obésité ; activité physique insuffisante ; utilisation d’hormones exogènes ; allaitement sous-optimal (<6mois/enfant) ; infections ; radiations ionisantes ; pollution air extérieur ; UV ; expositions professionnelles et exposition aux substances chimiques en population générale.

Ces facteurs de risque ont été sélectionnés selon les critères suivants:

  • être classés certainement ou probablement cancérigènes par le Centre International de Recherche dans le Cancer (CIRC), ou pour les facteurs nutritionnels (alimentation, activité physique), présenter un niveau de preuve convaincant ou probable d’après le World Cancer Research Funds,
  • être modifiable au niveau population,
  • disposer de données d’exposition représentatives de la population française,
  • avoir une estimation de risque fiable pour chaque paire exposition/localisation de cancer.

Les données utilisées sont issues de plusieurs sources : le réseau Francim (données des registres) pour les données d’incidence, d’enquêtes nationales représentatives de la population française, de méta-analyses d’enquêtes de cohorte ou d’étude cas-témoins.

Les niveaux de référence pour chaque facteur de risque ont été définis comme l’exposition associée au risque de cancer minimal. Quand cela était pertinent, l’exposition nulle était considérée pour la référence. En revanche, pour les facteurs protecteurs face au risque de survenue d’un cancer, la référence était le niveau recommandé pour la population française (ex : 6 mois ou plus pour la durée de l’allaitement maternel).

Une période d’au moins 10 ans entre l’exposition au facteur de risque et la survenue du cancer a été considérée pour prendre en compte le temps de latence.

Résultats

 

Parmi les 346 000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués chez les adultes en France en 2015, 142 000 seraient attribuables aux facteurs de risques étudiés dans cette étude, soit 41% du total.

Sans surprise, le tabagisme est le facteur de risque responsable du plus grand nombre de cancers avec 68 000 nouveaux cas en 2015 (20% du total des cancers). L’alcool est quant à lui responsable de 8% des cancers. L’alimentation et le surpoids/obésité arrivent ensuite avec chacun 5,4% des cancers.

Les résultats diffèrent selon le sexe, liés notamment à des modes de vie et de consommation différents entre les hommes et les femmes. Par exemple, le nombre cas de cancer attribuables au tabagisme est de 29% chez les hommes et de 9,3% chez les femmes. Après le tabagisme et l’alcool, l’alimentation et l’exposition professionnelle sont les facteurs de risques responsables du plus grand nombre de cancers chez les hommes tandis que chez les femmes la 3ème cause majeure est le surpoids/obésité.

Par ailleurs, le mode de vie et l’environnement n’ont pas le même impact sur tous les cancers étudiés. En effet, si on prend en compte les trois cancers les plus fréquents chez les hommes, la part des cancers liés à des facteurs de risque évitables est très différente selon la localisation.

Pour le cancer de la prostate, seulement 0.6% seraient liés aux facteurs de risques étudiés alors que cette part atteint les 56% pour le cancer colorectal et 93% pour le cancer du poumon.

Au total, en 2015, 35 000 nouveaux cas de cancer du poumon, 20 000 cas de cancer du sein et 19 000 cas de cancer colorectal sont attribuables à des facteurs de risque évitables.

Plusieurs hypothèses ont été faites a priori ; pouvant apporter quelques limites dans l’interprétation des résultats :

  • les facteurs de risque retenus sont ceux connus par un niveau de preuve élevé. Ainsi certaines expositions dont les niveaux de risque n’ont pas encore été assez étudiés n’ont pas pu être inclus dans cette étude. C’est le cas notamment de certaines expositions chimiques : perturbateurs endocriniens ; glyphosate…
  • il est fait l’hypothèse que la population française est exposée de façon similaire à celle des populations des études estimant les risques,
  • seuls les cancers survenus chez les adultes de 30 ans et plus ont été pris en compte,
  • il est fait l’hypothèse que les facteurs de risques étudiés sont indépendants les uns des autres.

 

Les résultats de cette étude montrent qu’une grande part des nouveaux cas de cancer est attribuable au mode de vie et à l’environnement. Ces cancers pourraient être en partie évités. Sur la base de ces résultats, les campagnes de lutte et prévention ciblées pourraient se développer.
Étudier l’association de plusieurs facteurs de risque dans la survenue de certains cancers serait également intéressant pour mieux cibler les actions publiques et réduire l’incidence des cancers liés au mode de vie et à l’environnement.

 

Pour en savoir plus, téléchargez le BEH N°21 de Juin 2018.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Référentiel Régional SNOB – Version 2018

La Société de Neuro-Oncologie Bretonne (SNOB) a actualisé le référentiel régional en avril 2018 et l’a définitivement validé en juillet 2018.

Ce document est téléchargeable en intégralité et par chapitres dans la rubrique “Référentiels régionaux” située dans la colonne à droite du site.

Télécharger le référentiel régional SNOB

Télécharger le texte court (contenant uniquement les arbres décisionnels)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Du nouveau sur le site d’Oncobretagne…!

De nouvelles informations ont été publiées ou actualisées ces derniers mois!  Prenez quelques minutes pour l’une ou l’autre des thématiques: création de la page OB’AJA (Oncologie Bretagne Adolescents et Jeunes Adultes), mise à ligne des rapports d’activités UCOG et des présentations de la journée 2018, mise à jour du groupe technique “Biologie moléculaire”, mise à jour de la page du réseau POHO sans oublier la publication du rapport d’activités 2017 du réseau Oncobretagne. Bonne lecture

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Diabète et Cancer, des liens de plus en plus étroits

Le référentiel inter-régional « Diabète et cancer » élaboré en 2017 sous la coordination du Dr. Anny Parot-Monpetit (Centre d’oncologie Saint Yves, Vannes) a été validé aux dernières Journées Référentiels en Soins de Support qui se sont tenues à Rennes en décembre 2017.

Ce référentiel, très apprécié et très attendu par les professionnels, sera à l’ordre du jour de la journée régionale « Diabète et obésité » des Hauts de France qui se tiendra à Amiens le jeudi 21 juin 2018.

Dans sa vocation à faciliter les relations entre les professionnels de la cancérologie, incluant les maladies intercurrentes, l’AFSOS favorise les rencontres et les échanges entre praticiens du domaine des soins de support. Fin 2017, un référentiel a été proposé par un groupe de travail sur le parcours de soins oncologiques dans le cas du diabète chez l’adulte. Une coordination indispensable de tous les acteurs de soins pour un traitement efficace oncologique et du diabète permet d’améliorer la surmortalité observée. En effet, les co-morbidités accompagnant le diabète peuvent conduire à un traitement oncologique sous-optimal avec possible réduction des taux de rémission et/ou de guérison. En outre, la présence d’un cancer peut inciter les médecins à être moins rigoureux dans le contrôle de la glycémie et des autres facteurs de risque. Par ailleurs, le traitement anticancéreux peut être lui-même diabétogène. Le Dr Anny Parot-Monpetit, qui a coordonné l’étude, animera un atelier de partage d’expérience au cours de la journée du 21 juin. Parallèlement, l’équipe de spécialistes en pratique culinaire et santé de l’Institut UniLaSalle animera un atelier culinaire sur ce thème en s’appuyant sur les données du site web vite-fait-bienfaits.fr qui conseille le malade traité pour un cancer et ses proches-aidant dans les choix alimentaires.

N’hésitez pas à favoriser l’implémentation de ce référentiel en le proposant comme sujet lors de vos journées scientifiques ou autres rencontres.

Pour plus de détails, consulter le référentiel inter-régionale intitulé “Diabète et cancer chez un patient adulte”

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Groupe Régional “Thrombose et cancer”

Depuis deux ans, un nouveau groupe technique régional s’est mis en place pour se pencher sur la question de la prise en charge de la maladie thrombo-embolique veineuse chez les  patients atteints d’un cancer; au regard des recommandations nationales en vigueur. Le groupe est composé de professionnels de santé médecins et paramédicaux, de spécialités et de professions différentes, intervenant dans le parcours de soins du patient. L’ensemble des URPS et d’autres partenaires sont également représentés dans le groupe.

Le groupe a mené un certain nombre d’actions et continue d’en mener d’autres…dont des formations, sur l’ensemble du territoire breton.

Consultez l’intégralité des travaux du groupe et ses perspectives en vous rendant sur le site d’Oncobretagne : www.oncobretagne.fr, bandeau bleu en haut à droite, cliquez sur le bouton “GROUPES”. Les groupes techniques sont rangés par ordre alphabétique.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

INCa : publications

 

 

 

 

 

 

 

L’objectif de l’algorithme est de proposer une méthode pour identifier les hospitalisations en lien avec une prise en charge du cancer au sein de la base PMSI SSR (Soins de Suite et Réadaptation).

 

 

Ce rapport rappelle des éléments de contexte sur le prix des médicaments anticancéreux,  donne des informations chiffrées sur le prix des médicaments anticancéreux coûteux et décrit, pour un panel de cancers, les principaux médicaments en développement et attendus sur le marché, sous deux ans.

 

Ce rapport a pour objectif d’évaluer la place actuelle et à venir des anticancéreux oraux par rapport aux médicaments injectables dans le traitement des cancers.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nouveau DCC en Bretagne

Le Dossier Communicant de Cancérologie

Le Dossier Communicant de Cancérologie (DCC) est un outil qui permet le partage des informations entre plusieurs professionnels de santé, hospitaliers et libéraux prenant en charge le patient atteint d’un cancer. Il a été mis en place en Bretagne en 2007 afin de répondre à la mesure 34 du premier plan cancer 2003-2007.

En Bretagne, l’outil utilisé actuellement par la communauté de cancérologie est Alfa Lima Cancérologie, outil développé par le Syndicat Interhospitalier de Bretagne (SIB). Oncobretagne est l’administrateur régional du DCC.

Alfa Lima est surtout utilisé pour la gestion des Réunions de Concertations Pluridisciplinaires (RCP).

Chaque année, on compte 2 500 RCP sur la région, réunissant en moyenne une dizaine de praticiens à chaque séance. Environ 50 000 avis RCP sont rendus pendant ces réunions. Les RCP sont organisées au niveau territorial par les Centres de Coordination en Cancérologie (3C) et au niveau régional (RCP régionales et RCP de recours) par le Pôle Régional de Cancérologie.

Actuellement, plus de 180 000 dossiers patients sont enregistrés dans le DCC, avec plus de 460 000 documents, dont 380 000 comptes rendus (fiches) RCP, près de 50 000 comptes rendus anatomo-cytopathologiquse et 15 000 comptes rendus opératoires.

Le projet nouveau DCC

En 2013, Le Ministère de la santé a publié une instruction présentant la cible du système d’information du Dossier Communicant de Cancérologie que les Agences Régionales de Santé (ARS) doivent mettre en place en collaboration avec les réseaux régionaux de cancérologie.

Pour répondre aux objectifs fixés par la mesure 2.19 du Plan Cancer 2014-2019, cette instruction a été actualisée en 2016 (Instruction n° SG/DSSIS/INCa/2016/109 du 5 avril 2016).

Dans ce contexte, l’ARS a validé en 2015 un projet de renouvellement du DCC breton afin d’intégrer les nouvelles exigences nationales et améliorer la coordination entre les professionnels de santé. Ce nouvel outil se voudra être un outil des gestions des RCP d’une part, mais surtout un outil permettant de faciliter la communication et la coordination entre des professionnels prenant en charge un même patient, dans un objectif de continuité et d’amélioration de la qualité des soins. Tous les éléments nécessaires à la bonne prise en charge des patients seront enregistrés dans le DCC et les professionnels prenant en charge les patients (médecins cancérologues, médecins traitants, infirmières de coordination, pharmaciens…) pourront les consulter en fonction des profils et droits qui leur seront attribués.

 

Pour mener à bien ce projet, l’ARS Bretagne a mandaté le GCS e santé Bretagne pour piloter ce projet, en collaboration avec Oncobretagne. Les 3C et les professionnels de terrain sont également très investis dans ce projet.

Un appel d’offre a été lancé et la solution WebDCR, développée par la société Inovelan, a été retenue suite à l’analyse des offres et l’audition des candidats.

Afin de paramétrer ce nouveau DCC breton et préparer la conduite de changement, 8 groupes de travail, coordonnés par Oncobretagne et le GCS e santé Bretagne, ont été constitués en 2017. Ils regroupent des professionnels de santé, des membres des 3C, du pôle régional de cancérologie, ainsi que le GCS et Oncobretagne.

Les groupes portent sur les thèmes suivants :

  • Fiches RCP: travail sur les formulaires des différentes fiches RCP et sur la restitution du compte rendu.
  • Programme Personnalisé de Soins (PPS): travail sur le formulaire et sur la restitution du compte rendu.

Depuis 2 ans, un travail sur le contenu des fiches RCP et sur le contenu du PPS avait été entrepris par Oncobretagne en collaboration avec les 3C et les cliniciens.

  • Interface avec les systèmes d’information hospitaliers: faciliter l’échange d’informations entre le DCC et les établissements, de façon sécurisée et rendre les différents outils interopérables.
  • Indicateurs/infocentre: identifier les besoins en indicateurs, exports de données et définir les différents niveaux de requêtage (régional, territorial/3C, praticien…)
  • Organisation phase de vie courante: définir l’administration de la solution, les profils et droits d’accès des utilisateurs, les modalités de contrôle du bon usage du DCC et du respect des règles qui seront établies.
  • Annuaire des essais cliniques: lien entre annuaire des essais cliniques du Pôle Régional de Cancérologie et le DCC pour favoriser le repérage et la proposition d’essais cliniques pendant la RCP.
  • Identito-vigilance: valider les processus de gestion des identités patients dans le DCC (créations d’identités, modifications d’identités, doublons, fusions…) afin d’éviter les erreurs et les risques associés.
  • Reprise de données: bascule des données (dossiers patients) de l’ancien outil Alfa Lima Cancérologie vers WebDCR

 

Cet outil sera déployé sur la région fin 2018 avec au préalable une phase pilote sur les territoires de santé n°2 et n°5 en septembre et octobre 2018. La phase pilote concernera uniquement les RCP digestives et thorax de ces deux territoires.

 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter le réseau Oncobretagne.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Octobre Rose : les femmes doivent se faire dépister

Octobre Rose 2017 est l’occasion de nombreuses manifestations auprès du public pour promouvoir le dépistage du cancer du sein.

Avec plus de 54 000 nouveaux cas par an et plus de 11 900 décès estimés en 2015 en France, le cancer du sein reste au premier rang des décès par cancer chez la femme. Selon les données du dossier communicant en cancérologie breton, on estime à 3527 “nouveaux” patients* atteints d’un cancer du sein en 2016.

Octobre rose c’est lutter contre le cancer du sein avec un objectif clair : favoriser l’accès et la participation au D.E.P.I.S.T.A.G.E.

Par ailleurs, l’INCa vient de publier un nouveau livret d’information qui répond aux principales interrogations liées au dépistage du cancer du sein.

Télécharger les programmes des manifestations à l’initiative de la Ligue contre le cancer sur la Bretagne

Télécharger la liste des autres manifestations prévues sur la Bretagne :

*1er passage en RCP avec localisation sein (excepté la peau)

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Femmes à haut risque de cancer du sein, nouvelles recommandations de l’INCa

L’Institut National du Cancer (INCa) vient de publier de nouvelles recommandations pour la prise en charge des femmes porteuses d’une mutation génétique BRCA1 ou BRCA2 (actualisation des recommandations 2009). Ces documents viennent en complément des recommandations de santé publique publiées par la Haute Autorité de Santé (HAS) en mars 2014 sur l’identification des femmes à haut risque de cancer du sein et les modalités de dépistage dans cette population.

Identification des femmes à haut risque de cancer du sein et modalités de dépistage

Plusieurs situations ont été repérées comme à risque et nécessitent un dépistage spécifique, en dehors du dépistage organisé du cancer du sein qui concerne toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans. C’est le cas des femmes avec :

  • Antécédent de cancer du sein ou carcinome canalaire in situ,
  • Antécédent d’irradiation thoracique médicale à haute dose (antécédent d’irradiation pour maladie de Hodgkin),
  • Antécédent personnel d’hyperplasie canalaire atypique, d’hyperplasie lobulaire atypique ou de carcinome lobulaire in situ
  • Antécédent familial de cancer du sein avec score d’indication de la consultation d’oncogénétique ≥3 ET recherche initiale mutation BRCA1 et BRCA2 non informative dans la famille ou recherche initiale non réalisée.

Dans cette dernière situation, une évaluation par un onco-généticien est recommandée, afin de distinguer les risques « élevés » ou « très élevés » de la femme.

En cas de risque « très élevé », la surveillance est la même que pour les femmes porteuses d’une mutation BRCA1 ou BRCA2.

Retrouvez le document complet sur le site de la HAS.

Dispositif d’oncogénétique

Le diagnostic des prédispositions génétiques est un objectif national décrit dans le premier plan cancer de 2003-2009 et repris dans les deux plans suivants.

Le dispositif national d’oncogénétique a été mis en place afin de diagnostiquer les personnes à haut risque de cancer et d’améliorer leur prise en charge.

Des consultations auprès d’onco-généticiens sont mises en place pour les personnes dont les antécédents personnels et/ou familiaux, sont évocateurs d’une forme héréditaire de cancer. En Bretagne, les sites de consultations en oncogénétique sont les suivants : CHU de Brest, CH Bretagne Sud à Lorient, CH Bretagne Atlantique à Vannes, le Centre Eugène Marquis et le CHU à Rennes ainsi que le CH de St-Brieuc.

Le dispositif s’appuie également sur des laboratoires d’oncogénétique (actuellement au nombre de 25 pour toute la France) qui ont en charge la réalisation des tests prescrits lors des consultations. Pour la Bretagne, ce laboratoire se situe au CHU de Rennes.

Par ailleurs, afin d’améliorer le suivi et la prise en charge de ces personnes à haut risque de cancer du sein, des réseaux se sont mis en place à partir de 2010. Dans l’inter-région, il s’agit du réseau Phare Grand Ouest qui couvre les régions Bretagne, Centre, Pays de la Loire et Poitou-Charentes.

En juillet 2017, le réseau Phare Grand Ouest suit 2 050 femmes à risque élevé de cancer du sein dont 673 résident en Bretagne.

Les femmes visées par le dispositif sont celles présentant une mutation BRCA1 ou BRCA2 et les femmes présentant un risque de cancer du sein supérieur à 20% (risque calculé grâce au logiciel BOADICEA).

Recommandations INCa – Femmes porteuses d’une mutation BRCA1 ou BRCA2

En France, 2 femmes sur 1 000 seraient porteuses d’une mutation génétique BRCA1 ou BRCA2 avec près de 25 000 personnes porteuses de cette mutation identifiées entre 2003 et 2015.

Le risque cumulé de cancer du sein est très important chez les femmes porteuses d’une mutation génétique BRCA1 ou BRCA2. Il est estimé entre 51 et 75 % chez les femmes BRCA1 et entre 33 et 55% chez les femmes BRCA2 (risque cumulé à 70 ans).

De plus, ce risque se traduit par la survenue du cancer à un âge plus précoce mais également le risque d’un second cancer ou de cancer des annexes (ovaires et trompes). L’âge médian de survenue d’un cancer est de 40 ans chez les femmes porteuses BRCA1 et de 43 ans chez les femmes BRCA2. Pour comparaison avec la population générale, l’âge moyen au diagnostic était de 63 ans en 2012.

Dans ce contexte et afin d’aider les professionnels de santé impliqués dans le suivi et la prise en charge des femmes porteuses d’une mutation BRCA1 ou BRCA2, l’INCa a actualisé les recommandations et référentiels de bonnes pratiques. Dans ces nouvelles recommandations, ont été revues les modalités de suivi comme : la réalisation de l’IRM qui n’est plus recommandée à partir de 65 ans, le nombre de clichés/incidences en fonction de l’âge et des antécédents personnels de cancer du sein, le dépistage ovarien par échographie pelvienne qui n’est plus recommandé, etc.

Pour plus de détails :

 

On retrouve également dans ces recommandations les approches hormonales de prise en charge, ainsi que l’accompagnement psychologique.

 Pour plus d’informations, téléchargez les documents publiés par l’INCa :

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire